Conférence-Débat sur le Projet de Loi de Finance 2020

REGARD SUR LA LOI DE FINANCE 2020

« UN PROJET SANS BOUSSOLE NI GOUVERNAIL »

Par Pr. Najib AKESBI

La Fondation Links, fidèle à sa mission d’initier débats et confrontations d’idées autour de thèmes d’intérêt national, a le plaisir d’inviter le rofesseur Najib AKESBI pour apporter son regard sur le projet de la Loi de Finances 2020. Le considérant comme « un projet sans boussole ni gouvernail », le Professeur Najib AKESBI, s’attachera, à travers l’exposé introductif ci-après, à en analyser le contenu ainsi que la portée.

« Le projet de loi de finances pour 2020 (PLF-2020), déposé au Parlement au lendemain de la formation du nouveau gouvernement, apparaît de prime abord manquer d’une tutelle politique clairement assumée. A moins qu’elle ne soit dans la simple continuité d’une orthodoxie économique et financière, imposée au pays de longue date certaines Institutions
internationales, avec des résultats que, aujourd’hui, l’État reconnaît lui-même pour le moins décevants. Il n’en demeure pas moins que ce « projet » semble avoir été élaboré sans boussole et en passe d’être mise en œuvre sans gouvernail…

En tout cas, à l’analyse, et alors qu’il vient d’être adopté la première Chambre du Parlement, le PLF actuel soulève de nombreuses questions, qu’on se contentera ici de situer au double niveau économique et financier. Alors qu’il est question d’un « nouveau modèle de développement » pour le pays depuis de nombreuses années déjà, et que la « Commission » chargée d’une telle mission n’a guère encore vu le jour, le PLF-2020, comme ceux qui l’ont précédé depuis 2014, perpétue des choix que l’on reconnaît tout de même problématiques. Le plus grave est que, faute d’une vision claire des nouvelles orientations à adopter, les Autorités du pays cèdent à certaines
pressions externes sur des instruments de politique publique pourtant au cœur de choix qu’elles ne sont elles-mêmes guère disposées à remettre en cause ! C’est notamment le cas de l’abandon des mesures incitatives aux exportations ou aux zones franches…

Le PLF-2020 devait en principe également marquer la première année de mise en œuvre de la Loi-cadre qui devait elle-même procéder des recommandations des Assises de la fiscalité tenues à Skhirate au début du mois de mai 2019. Or, à ce jour, ladite loi se fait encore attendre, et le PLF-2020 ne peut guère s’en attribuer une quelconque filiation. Au demeurant, à en juger certaines mesures adoptées, l’idée qui se dégage est que, une fois de plus et comme pour les précédentes Assises fiscales de 2013, entre les belles recommandations adoptées à l’unanimité, et leur mise en œuvre, la distance est consternante… »

Professeur Najib AKESBI est enseignant-chercheur, professeur des universités. Il anime divers enseignements séminaires, au Maroc et à l’étranger, sur les Politiques économiques et financières, les politiques agricoles et les relations et euro-méditerranéennes. Il est membre du Conseil national du Parti Socialiste Unifié, et militant dans diverses organisations de la Société civile et de l’action citoyenne.

La conférence aura lieu le jeudi 28 novembre 2019 à 15h à la Fondation Links – Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales – Ain Chock Casablanca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *